Volvo V90 2017 : quand le luxe ne crie pas

Pendant que les grandes marques américaines adoptent encore et toujours une ligne de pensée de luxe opulent qui plait presque exclusivement aux Chinois et aux Baby-Boomers, et que les Européens comme Mercedes, Audi et BMW recyclent la même recette – on ne peut pas les blâmer, ils vendent des véhicules à la tonne, Volvo sort de l’ombre à vitesse grand V avec un charme distinct.

« Same same, but different »

C’est peu dire, Volvo a toujours été dans une classe à part. Le genre d’élève à l’école qui passe inaperçu dans la classe, qui ne hurle pas, qui ne cherche pas l’approbation des autres, mais qui est plus malin que la majorité. Celui que les mères disent qu’il « s’habille donc bien » et qu’il est « tellement bien élevé » – parce que ce sont des choses que les mères remarquent.

Le constructeur suédois s’est débattu amplement pour se réinventer, tout en conservant ses valeurs. La période stagnante de plusieurs années sans fabriquer de véhicules (en pénitence, dans le coin) qui a mené à la création d’une plateforme unique pour presque tous ses véhicules et une seule et unique motorisation, soit le quatre cylindres turbocompressé, n’a pas fait de tort à la marque. De plus, elle est revenue avec pelletée d’idées et des technologies innovantes.

Nous avons fait l’essai de la seconde voiture à sortir de cette plateforme, après le XC90, Volvo se devait de faire une familiale.

Parce que c’est Volvo. Et Volvo sans familiale, ce n’est pas Volvo!

La V90 T6 2017 est imposante. Esthétiquement, le modèle Inscription testé était muni de grandes lattes de chrome et de jantes en alliage de 20 pouces. Ceci combiné à la calandre massive Volvo, entourée des phares uniques en forme de marteau et suivis d’une garde au sol élevée et du gigantesque hayon démontrent que la V90 peut aussi plaire, de l’extérieur, à la fois aux amateurs de VUS et de familiale.

Minimalisme

Dans l’habitacle, c’est là où les choses se distinguent encore plus des rivaux. Volvo a choisi un amalgame de matériaux dignes du design Scandinave, et on ne parle pas de la mélamine IKEA ici, mais bien de boiseries mattes parsemées un peu partout, de l’aluminium brossé ici et là et un tableau de bord dominé par le géant écran qui gère le système d’infodivertissement.

Les grandes critiques automobiles ont des opinions mitigées en ce qui concerne le nouveau système d’infodivertissement de Volvo. Tous s’entendent pour dire que celui-ci est innovant, mais on lui reproche d’être limité, et difficile à utiliser. Les plaintes concernent la navigation entre les menus, qui impose des manœuvres restreintes. Pour ma part, j’ai trouvé le système intuitif, et même si ça m’a pris quelques heures de conduite avant de pouvoir surfer agilement entre les menus proposés, le système est rapide, et réagit très rapidement aux commandes.

D’un confort princier, les sièges avant et arrière offrent non seulement au conducteur et ses passagers un nid douillet pour les longs trajets, mais également amplement de soutien latéral pour une conduite un peu plus sportive.

La position de conduite est bonne, mais le champ de vision peut être obstrué dans certaines situations. En effet, la grosse V90 est faite de sorte que les portes sont grosses et hautes et que le pilier « A » gêne parfois la vision dans les virages.

Pas besoin de famille pour apprécier cette familiale

Sur le plan des chevaux et des livres-pied, le résultat est quand même impressionnant pour la petite cylindrée de quatre cylindres turbocompressée. La motorisation T6 dans notre Volvo V90 Inscription développait 316 chevaux et 295 lb-pi de couple. Si le sélecteur de modes de conduite est au mode dynamic, les révolutions montent et il est possible de s’énerver un peu plus au volant, même avec tout l’espace de « wagon » qui traîne à l’arrière. Et que dire de a traction intégrale, qui non seulement participe à la conduite dynamique sur chaussée sèche et chaude, mais qui est, on ne le dira jamais assez, quasi essentielle au Québec en hiver dans une voiture de ce format.

Alors, est-ce que c’est « loser » conduire une familiale sans famille? La V90 2017 de Volvo est la preuve que non. Tout en style, la V90 est peu ennuyeuse dans sa classe. Son minimalisme jumelé à la technologie et le confort dans l’habitacle offrent un charme unique parmi les « bully » du segment des luxueuses.

Volvo V90 2017

9.0 Overall Score

9 Performance

9 Confort

8 Agrément de conduite

10 Espace

9 Prestige