Mustang Shelby GT500 2020 : précision viscérale

Il fut un temps où les Mustangs et autres “Pony Cars” avaient essentiellement deux fonctions : être belles et aller vite en ligne droite. Leur conception reposait sur l’idée de prendre la voiture la plus cool et d’y mettre le plus gros moteur sous son capot, point final. Et si vous avez vu toutes les vidéos-choc “Mustang versus la foule” de la dernière décennie, vous savez de quoi je parle.

L’an dernier au Salon de l’automobile de Detroit, Ford a ramené la Mustang Shelby GT500. Aussitôt que la voiture a été dévoilée, nous étions impatients de découvrir ses capacités sur la route et de voir si Ford avait mis au point de nouvelles techniques pour dompter la bête.

Modernisation du châssis

De 2005 à 2010, la Ford Mustang Shelby GT500 était plus agile qu’elle ne l’avait jamais été. Mais le châssis de la S197 comportait néanmoins un essieu rigide à l’arrière avec une suspension rudimentaire. L’injection des 550 chevaux sous le capot grâce au V8 suralimenté de 5,4 litres était rien de moins qu’orgasmique lorsqu’associée à la boîte de vitesses à 6 rapports, mais les courbes arrivaient si rapidement qu’elles prenaient la GT500 de court, laissant le conducteur en proie à la nervosité au volant, et aux dérapages.

Mais c’est à Los Angeles en décembre dernier que les représentants de Ford ont donné à Cartastic.ca les clés d’une GT500 2020 flambant neuve, nous laissant découvrir la route d’Angeles Canyon, un endroit où les voitures uniquement compétentes en ligne droite peuvent rapidement mordre la poussière.

Le grondement signé Shelby

La première chose qui frappe lorsque le bouton d’allumage de la GT500 est appuyé est le grondement, un grondement digne du Jugement dernier. Le fait d’être garé avec une douzaine d’autres GT500 dans un parking souterrain de L.A. au point de départ du trajet n’a fait qu’amplifier exponentiellement cette sensation.

Sur l’autoroute jusqu’au Angeles Canyon, il ne fallait qu’une fraction de seconde pour libérer les 760 chevaux et le couple de 625 lb-pi, alors que la Shelby jaillissait et se propulsait vers l’avant comme un missile à la moindre pression sur la pédale d’accélérateur. Grâce au moteur V8 de 5,2 litres suralimenté, la puissance est, comme on peut s’y attendre de la part de n’importe quelle Shelby, tout bonnement hallucinante.

Mais ce qui caractérise l’expérience avec la nouvelle GT500, c’est que l’attente une fois la pédale pressée est presque inexistant en raison de la boîte de vitesses à double embrayage Tremec à 7 rapports. Cette boîte a remplacé celle à 6 rapports qui était disponible sur la GT500 précédente.

Une ère de “ligne droite” révolue

Si s’attaquer aux routes étroites de l’Angeles Canyon était un défi insensé qui nécessitait des couches et des Gravol à bord d’une GT500 à châssis S197, la nouvelle mouture facilite considérablement la tâche. Et cette Tremec à 7 rapports, bien qu’elle nous ait laissé un peu sceptique au début à cause que c’est une cri** d’automatique, s’est avérée être au point à chaque fois que nous avons effectué les passages sur virages serrés.

Grâce à une nouvelle suspension adaptée au modèle – complètement indépendante à l’arrière, évidemment –  qui recalibre l’amortissement en fonction des différents modes de conduite disponibles (comme Normal, Sport et Piste), la nouvelle Mustang Shelby GT500 allie sa cavalerie à une tenue de route quasi impeccable. Une expérience pratiquement dépourvue de roulis même avec les 4 225 livres que la GT500 porte sur son dos.

Et si les choses se gâtent (elles se sont gâtées à quelques reprises lors de mon essai), les énormes disques de 16,5 pouces combinés aux étriers Brembo à 6 pistons sauvent la donne à tout coup.

Conclusion

Ça fait bizarre, non ? Une tenue de route chirurgicale dans un bolide américain qui a la réputation de privilégier la puissance brute ? Mais au bout du compte, la nouvelle Ford Mustang Shelby GT500 2020 a complètement changé depuis la plateforme S197 et s’est transformée en un véritable chef-d’œuvre d’ingénierie pour concurrencer dans la catégorie de sportives à 100 000 $.